(Ecouter fond musical, avoir QuickTime)

Fin de la page. (pouvoir changer de rubrique pour sans frames).

Réalisation pour une exposition collective à Paris en 1989 pour la commémoration du Bicentenaire et de déclaration des Droits de l'Homme .




DROITS DE L' HOMME






Pour voir les autres images et les photos de la fête du Bicentenaire à Paris. ( click ici )

Les images sont reduites en définition et en couleurs (256 teintes).
Réalisees avec Imagix 3D, Xpaint à IMAC.
Tous droits reservés - Copyright


Début de la page
Fin de la page (pouvoir changer de rubrique pour sans frames).

DECLARATION DES DROITS DE L'HOMME
ET DU CITOYEN

Décrétés par l'Assemblée Nationale dans les séances des 20, 21, 23, 24 et 25 août 1789, acceptés par le ROI.



PREAMBULE

Les représentants du peuple francais, constitués en assemblée nationale, considèrant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une déclaration solennelle les droits naturels, inalienables et sacrés de l'homme; afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs; afin que les actes du pouvoir législatif et ceux du pouvoir éxécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de chaque institution politique, en soient plus respectés; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la constitution et au bonheur de tous.
En conséquence, l'assemblée nationale reconnait et déclare, en présence et sous les auspices de l'Etre suprème, les droits suivants de l'homme et du citoyen.


Article premier - Les hommes naissent et demeurent libres et egaux en droits; les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.

Article 2 - Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont : la liberté, la propriété, la sureté et la résistance à l'oppression.

Article 3 - Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation; nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.

Article 4 - La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. Ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces même droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.

Article 5 - La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empéché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.

Article 6 - La loi est l'expression de la volonté générale; tous les citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs représentants, à sa formation; elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protége, soit qu'elle punisse. Tous les citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

Article 7 - Nul homme ne peut être accusé, arrête, ni détenu que dans les cas déterminés par la loi, et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, éxécutent ou font éxécuter des ordres arbitraires doivent être punis; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la loi doit obeir à l'instant: il se rend coupable par la resistance.

Article 8 - La loi ne doit établir que des peines strictement et evidemment nécessaires et nul ne peut être punis qu'en vertu d'une loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

Article 9 - Tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, s'il est jugé indispensable de l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

Article 10 - Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre piblic établi par la loi.

Article 11 - La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à repondre de l'abus de cette liberté dans les cas détermines par la loi.

Article 12 - La garantie des droits de l'homme et du citoyen nécessite une force publique; cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux à qui elle est confiée.

Article 13 - Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable; elle doit être également repartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.

Article 14 - Les citoyens ont le droit de constater, par eux-meme ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotite, l'assiette, le recouvrement et la durée.

Article 15 - La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.

Article 16 - Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminee, n'a point de constitution.

Article 17 - La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est quand la nécessité publique, légalement contatée, l'éxige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.


<( Debut de la page )>

Cette déclaration des droits de l'homme et du citoyen a été adoptée par l'Assemblée nationale le 26 aout 1789.

Déesse de la Démocratie (Paris 1989).



Pacte international relatif aux droits civils et politiques

Adopté et ouvert à la signature, à la ratification et à l'adhésion par l'Assemblée générale dans sa résolution 2200 A (XXI) du 16 décembre 1966 Entrée en vigueur: le 23 mars 1976, conformément aux dispositions de l'article 49

Préambule

Les Etats parties au présent Pacte,

Considérant que, conformément aux principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde,

Reconnaissant que ces droits découlent de la dignité inhérente à la personne humaine,

Reconnaissant que, conformément à la Déclaration universelle des droits de l'homme, l'idéal de l'être humain libre, jouissant des libertés civiles et politiques et libéré de la crainte et de la misère, ne peut être réalisé que si des conditions permettant à chacun de jouir de ses droits civils et politiques, aussi bien que de ses droits économiques, sociaux et culturels, sont créées,

Considérant que la Charte des Nations Unies impose aux Etats l'obligation de promouvoir le respect universel et effectif des droits et des libertés de l'homme,

Prenant en considération le fait que l'individu a des devoirs envers autrui et envers la collectivité à laquelle il appartient et est tenu de s'efforcer de promouvoir et de respecter les droits reconnus dans le présent Pacte,


Manifestation à Hong-Kong . . Université Chinoise de Hong-Kong.


Le 10 décembre 1948, l'ONU a adopté une Déclaration universelle des droits de l'homme .

Préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité et que l'avènement d'un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l'homme.

Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression.

Considérant qu'il est essentiel d'encourager le développement de relations amicales entre nations.

Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité des droits des hommes et des femmes, et qu'ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l'Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

Considérant qu'une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

L'Assemblée Générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l'homme comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l'esprit, s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d'en assurer, par des mesures progressives d'ordre national et international, la reconnaissance et l'application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.



- Haut commissariat des Nations unis aux droits de l'homme .

- Commission Nationale Consultative des droits de l'Homme .
Site des droits de l'homme du gouvernement francais :


Le Droit de l'Homme est représenté littérairement par des articles qui véhiculent ses valeurs : Déclaration des Drots de l'Homme et du Citoyen ( Révolution Française 1789), Déclaration Universalle de Droit de l'Homme ( ONU 1948 ).
Mais, il n'existe pas au monde, un seul pays où les valeurs de Droit de l'Homme sont appliquées à 100%. Il n'y a pas de conviction, de volonté pour bien l'appliquer.
Il y a aussi le problème de lecture, d'interprétation et de compréhension des articles.
Donc ceci implique dans la pratique : le Droit de l'Homme Réel.
L'universalité de la valeur du Droit de l'Homme provient du fait que celui-ci est un concept, c'est le texte qui engendre l'universalité.
Donc ceci implique dans la pensée : le Droit de L'Homme Universel.

Tous les Droit de l'Homme Réels doivent tendre assymptotiquement vers le Droit de l'Homme Universel.



LA LIBERTE


CONFUCIUS a dit :
" Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté. "
"Ne faites pas à autrui ce que vous ne voulez pas qu'on vous fasse à vous-même."

Constitution de la 1ere République 1793 :
ART. 6. - La liberté est le pouvoir qui appartient à l'homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d'autrui :
elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ;
sa limite morale est dans cette maxime :
Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait.

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen :
Article 4 - La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. Ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la societe la jouissance de ces même droits. Ces bornes ne peuvent être déterminees que par la loi.

MAO a dit :
" L'histoire de l'humanité est un mouvement constant du règne de la nécessité vers le règne de la liberté. "

Le Pape François a dit :
"Chacun a non seulement la liberté, le droit, mais aussi l'obligation de dire ce qu'il pense pour aider au bien commun. Il est légitime d'user de cette liberté mais sans offenser",

De nos jours, on dit :
" La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres. "

Je crois avec la Liberté, toute la difficulté du problème, c'est de savoir oû se trouvee la frontière entre votre liberté et la liberté des autres ?
Je pense que :
Pour délimiter cette frontière, c'est par LA LOI.
- Les pass-ports pour franchir cette frontière, ce sont : la bienséance, la politesse, le savoir-vivre, l'éducation, faire du bien, échange d'idée, le respect, le critique objectif, etc ...
- Le franchissement de la frontière sans pass-ports, c'est-à-dire non accepter par les autres, ce sont les insultes, le manque de respect, les attaques délibérés, les provocations à conotation raciste, etc... Dans ce cas, les autres peuvent réagir.

Dans l'espace du pays, il y a la souveraineté, le territoire, les réglements, etc...
Dans l'espace de l'homme, il y a l'honneur, la dignité, la vie privée, etc...

La violence dans la société provient de culte de l'insolence et du cynisme au nom de la liberté d'expression et de la démocratie.

A mon humble avis, le facteur principal de la violence, verbale et physique, dans la société, c'est l'utilisation déplacée de la liberté, d'où le manque de respect.

Si vous pensez que :
Vous êtes libre d'attaquer sans respect quelqu'un, mais il est aussi libre de vous contre-attaquer sans respect .
"Attaquer" au sens large du terme, c'est-à-dire : oralement, littérairement et physiquement .

Ne pas confondre liberté d'expression et culte de l'insonlence :
- Dans la liberté d'expression, il y a un critique objectif et positif, développer des arguments, un raisonnement logique.
- Dans le culte de l'insolence, il y a un critique déplacé et négatif, c'est critiqué pour critiquer dans la langue de bois.

Développer l'esprit critique et la liberté d'expression qui engendrent le bon-sens.
Rejeter l'esprit critique et la liberté d'expression qui engendrent la langue de bois.

La liberté d'expression.
La liberté de la presse largement reconnue comprend la liberté de publication, de communication, de collecte d'informations et d'expression. Il a également été souligné dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, adopté par l'Assemblée générale des Nations Unies en décembre 1966, que toute personne a le droit de répandre des informations et des idées de toute espèce, et que nul ne peut être inquiété pour ses opinions (article 19).

Article 20 : « Toute propagande en faveur de la guerre est interdite par la loi. Tout appel à la haine nationale, raciale ou religieuse qui constitue une incitation à la discrimination, à l'hostilité ou à la violence est interdite par la loi. »


Ma philosophie de Vivre ( Tao de Wen-Wu ) :
L'art d'être libre sans vraiment être libre .
L'art d'avoir de l'humour sans vraiment avoir de l'humour .
L'art d'être sérieux sans vraiment être sérieux .
L'art de philosopher sans vraiment philosopher .
etc ...

Début de la page .
Retour en arrière .
Paragraphe déclaration des Droits de l'Homme .




Pour voir les autres images et les photos de la fête du Bicentenaire à Paris.
Et suite sur Droit de l'Homme et Liberté.
( to click ICI )





Cliquer pour aller vers les autres pages de mon site perso :

II Accueil II Mes Images ( 1 ) II Mes Images ( 2 ) II Traitement des Images II Doctorat II ( CV ) Moi ? II
II Prix_New-York (Vie, Sourire) II Droits de l'Homme II Contre le racisme II Sites Web preferes (liens)II
II Cours II Definition - Esthetique II Caracteristique - Classification II Colorimetrie II Internet II
Page Introduction sans frames ... II ... Page Introduction avec frames .

Pages spéciales :

[ Mes idées du TAO]*[ Paysage China]*[ Chinese Song]*[ Belles Chinoises]*[ Fêtes Chinoises ]*[ Image et Poème sur l'érotisme ]
[ Image Calculée ( infographie )]*[ Bonne Année ]*[ couple Sino-français ]*[ J O Pékin 2008]*[ Montage-Trucage image]

Version : Francais ... ou ... English

Pour m'écrire vos remarques et critiques : E-mail