你好 (Ni hao) , bonjour , hello , salàma .

欢迎 (huan yíng) , bienvenue , welcome , tonga soa .

秋思 ou 静夜思

床前明月光
疑是地上霜
举头望明月
低头思故乡

李白

Pensée nocturne

Devant mon lit brille la lune
Serait-ce sur le sol du givre ?
Je lève la tête, contemple la lune
Je baisse la tête, pense à mon village natal

Li Bai




景观中国 Paysage de Chine .








Traduction Google




Poème de Mao : Contempler les Montagnes (1955)

J'ai gravé les Cimes du Nord à trois reprises
Tout Hangzhou se fait voir sous mes yeux
Des arbres oscillent près du Pavillon Phénix
Une brise souffle sur les Versants aux pêchers
Quand il fait chaud, on cherche l'Eventail
Quand il fait froid, on admire les Beautés
Dans leur course en s'éloignant à tire-d'aile
Des Aigles nous saluaient alors au crépuscule




Levée du Soleil . 日出

( attendre un peu . 到等一会 )












Vidéo de CCTV-F sur le mont HUANG-SHAN (1990) . 黄山

Chine: paysages magnifiques des monts Huang


Vidéo de CCTV-F sur le parc national de WULINGYUAN (1992) . 武陵源




Emei Shan . 峨眉山 . Au sommet de la montagne se trouve le temple d'or et le temple de cuivre.



Poème de Mao : Le Mont Wuyun (1955)

Les cinq nuages flottent au Wuyunshan
Ils relient digues de près et cimes de loin
Quel est l'endroit le plus beau à Hangzhou
C'est là où on entend le chant des rossignols

Poème de Mao : Le Mont Mogan (1955)

Reprenant place ainsi dans la chambre à sept
Je revois sommets et pics se profiler sur l'azur
Après quarante-huit rivages en épingle à cheveux
Nous voilà de retour à Qiantang comme l'éclair

Poème de Mao : La Marée montante (septembre 1955)

Sur mille lis déferlent les vagues impétueuses
Tels vers Diaoyutai volent des flacons de neige
Combien on magnifie leur formation de grandeur
Comme des cavaliers qui reviennent en vainqueur












Un jour de printemps,
le poète exprime ses sentiments au sortir de l’ivresse

Si la vie est comme un grand songe,
A quoi bon tourmenter son existence !
Pour moi je m’enivre tout le jour,
Et quand je viens à chanceler, je m’endors au pied des premières colonnes.
A mon réveil je jette les yeux devant moi :
Un oiseau chante au milieu des fleurs ;
Je lui demande à quelle époque de l’année nous sommes.
Il me répond : A l’époque où le souffle du printemps fait chanter l’oiseau.
Je me sens ému et prêt à soupirer,
Mais je me verse encore à boire ;
Je chante à haute voix jusqu’à ce que la lune brille,
Et à l’heure où finissent mes chants, j’ai de nouveau perdu le sentiment de ce qui m’entoure.


















Poème de Li-Bai :
Le poète descend du mont Tchong-nân (*) et passe la nuit à boire avec un ami

Le soir étant venu, je descends de la montagne aux teintes bleuâtres ;
La lune de la montagne semble suivre et accompagner le promeneur,
Et s'il se retourne pour voir la distance qu'il a parcourue,
Son regard se perd dans les vapeurs de la nuit.

Nous arrivons en nous tenant par la main devant une rustique demeure,
Un jeune garçon nous ouvre la barrière formée de rameaux entrelacés ;
Nous passons par un étroit sentier dont les bambous touffus rendent l'entrée mystérieuse,
Et les grandes herbes verdoyantes frôlent gaiement la soie de nos vêtements.

Ma joie éclate de nous trouver ensemble dans cette retraite charmante,
Nous nous versons l'un à l'autre un vin d'une saveur exquise ;
Je chante, je chante la chanson du vent qui souffle à travers les pins,
Et ma verve ne s'épuise qu'à l'heure où s'efface la voie lactée.

J'ai perdu ma raison et cela excite encore votre gaieté, mon prince ;
Nous oublions tous deux, avec délices, les préoccupations de la vie réelle.

(*) : Montagne renommée pour ses sites pittoresques, à peu de distance et au sud-ouest de Si-ngnan-fou (autrefois Tchang-ngan), sur les bords du lac Meï-peï.








Au crépuscule je redescends la montagne émeraude
la lune sur la montagne accompagne mon retour
je me retourne pour regarder le chemin que j'ai emprunté
une sombre, sombre étendue de pics bleus
avec la lune ensemble nous arrivons à ta demeure paysanne
un jeune garçon ouvre le portail en branchages
parmi les bambous verts je pénètre dans un sentier secret
les lianes effleurent mon vêtement
joyeuse est notre conversation dans cet endroit reposant
du bon vin, ensemble nous devisons et levons nos coupes
longuement nous chantons, le vent murmure dans les pins
notre chant achevé, le Fleuve céleste est déjà presque effacé
je suis ivre, tu es heureux aussi
joyeux nous oublions les intrigues du monde







Sur les bords du Jo-yeh

Sur les bords du Jo-yeh, les jeunes filles cueillent la fleur du nénuphar.
Des touffes de fleurs et de feuilles les séparent ; elles rient et, sans se voir, échangent de gais propos :
Un brillant soleil reflète au fond de l’eau leurs coquettes parures ;
Le vent, qui se parfume dans leurs manches, en soulève le tissu léger.
Mais quels sont ces beaux jeunes gens qui se promènent sur la rive ?
Trois par trois, cinq par cinq, ils apparaissent entre les saules pleureurs.
Tout à coup le cheval de l’un d’eux hennit et s’éloigne, en foulant aux pieds les fleurs tombées.
Ce que voyant, l’une des jeunes filles semble interdite, se trouble, et laisse percer l’agitation de son cœur.







La chanson des quatre saisons, été

Sur le lac King-hou qui a trois cents li de tour,
Quand les fleurs du nénuphar s'épanouissent,
On est alors au cinquième mois, et les jeunes filles vont les cueillir.
Si nombreux sont les spectateurs que la rive en paraît étroite.
Les bateaux n'attendent plus la lune, pour les guider à leur retour ;
Ils s'en reviennent en plein jour au palais du roi de Youe.








En bateau

Un bateau de cha-tang avec des rames de mou-lan;
De jeunes musiciennes sur les bancs, avec des flûtes d’or et de jade ;
Du vin exquis dans des coupes mille fois remplies ;
Emmener avec soi le plaisir, et se laisser porter par les flots.
Les immortels m’attendent, montés sur leurs cigognes jaunes ,
Tandis qu’insouciant et tranquille, je vogue au milieu des mouettes blanches.
Les sublimes inspirations de Kio-ping nous restent comme un monument qui s’élève à la hauteur des astres ;
Que sont devenus les tours et les pavillons du roi de Tsou, jadis accumulés sur ces collines désertes !
Quand l’ivresse m’exalte, j’abaisse mon pinceau, j’ébranle de mes chants les cinq montagnes sacrées,
Je suis joyeux et je suis fier, je me ris de toutes les grandeurs.
Puissance, richesse, honneurs, quand vous serez d’assez longue durée pour que je vous estime,
On verra donc le fleuve Jaune partir de l’Occident pour couler vers le Nord





Poème de YANG Wanli, un poète célèbre en douzième siècle :

le lac est plus magnifique en juin que l’autres mois.
Sur le lac, on peut voir les lotus partout.
Les feuilles des lotus sont si vertes et exubérantes qu’on pense qu’ils sont reliées avec le ciel.
Les pétales des lotus deviennent plus rouge grâce au ensoleillement de matin.










Les couleurs

Ma vie était une feuille blanche sans valeur.
Le vert m'a donné la croissance,
Le rouge l'ardeur.
Le jaune m'a appris loyauté et droiture,
Le bleu la pureté.
Le rose m'a offert l'espoir,
Le gris léger la tristesse.
Pour terminer cette aquarelle,
Le noir m'imposera la mort.

Depuis,
J'adore ma vie
Parce que j'adore ses couleurs.











Le retour des beaux jours

Dans cet immense palais, dont les pavillons percent l’azur du ciel,
Dont les colonnes étincelantes sont entourées de dragons d'or,
Derrière les stores qui se soulèvent, de belles jeunes filles, fêtant le beau soleil,
Font parler sous leurs mains délicates l’harmonie des cordes et des pierres sonores.
L’air qu’elles jouent, le souffle du printemps le porte aux oreilles du prince,
Cet air, c’est celui de la chanson Hâtons-nous de jouir .
On sort, on s’embarque sur le grand lac, pour aller visiter ses îles verdoyantes ;
L’eau monte et jaillit à la proue des barques rapides, couvertes de tentes aux brillantes couleurs.
Trois mille jeunes filles, d’une beauté parfaite, offrent le tribut de leurs jeux et de leurs rires,
Elles frappent des cloches ; elles battent le tambour ;
Elles font un bruit à croire que le palais s’écroule.
Le peuple aussi se réjouit au-dehors ; il danse, il chante l’hymne de la paix.
Le maître contemple son ouvrage :
Le calme et le bonheur de tous.
Les trente-six empereurs immortels viennent au-devant de lui pour l’inviter à les rejoindre.
Ils voltigent çà et là dans l'air, en abaissant leurs chars de nuées.
Mais l’empereur ne nous abandonne pas,
Il ne quitte point son heureuse capitale.
Voudrait-il, comme Hoang-ti,
Partir sans nous pour les demeures célestes !
Moi, son humble sujet, je lui crie : Vivez aussi longtemps que le (mont) Nan-chan !
Et vive à jamais la renommée de votre grand nom !



















Cette image est une Image Calculée que j'ai créé.






Au dieu du nuage

Baigné, oh! dans la rosée parfumée,
Habillé, oh! de couleur variée,
Vous ondulez, oh! vos jolis cheveux,
Emaillant, oh! les splendides cieux.
Au palais, oh! de l'aube à la brune,
Vous brillez, oh! comme soleil et lune.
Les dragons, oh! trainent votre char;
Vous faites le tour, oh! de toutes parts.
Vous descendez, oh! en ondée,
Et remontez, oh! en forme de nuées.
Vous regardez, oh! la terre en l'air;
Vous survolez, oh! les quatres mers.
Songeant à vous, oh mon cœur soupire;
Chagriné oh! qu'est-ce que j'ai à dire!

Qu Yuan - Poème des Zhou
Traduction de Xu Yuan Zhong
















L'esprit de la montagne

Au creux du mont, oh! il y a une belle
Ceinte de l'herbe, oh! et vêtue de lierre.
L'amour sourit, oh! dans ses prunelles;
Elle est svelte, oh! comme une rivière.
Léopard et renard, oh! traînent son char
Orné de laurier, oh! et d'herbe autour.
Habillée d'orchidée, oh! elle part
Cueillir des parfums, oh! pour son amour.
"D'un noir bosquet, oh! j'habite au fond;
J'arrive en retard, oh! sur l'ardu passage.
Je me dresse, oh! au sommet du mont;
Je vois flotter, oh! sous moi les nuages.
Il fait nuit noire, oh! en plein jour;
Car au vent d'est, oh! la pluie est tombée.
J'attends mon ami, oh! sans songer au retour.
Qui me fleurira, oh! à la fin de l'année?
Je cueille l'herbe, oh! dans la montagne
Parsemée de rocs, oh! et lierres ça et là.
Je lui en veux, oh! à la campagne,
Trop occupée, oh! pour songer à moi.
Douce au fond du mont, oh! comme une fleur,
Je bois à la source, oh! sous pins et cyprés.
Songe-t-il à moi, oh! au fond du cœur?
J'en doute bien, oh! car il n'est pas près.
Le tonnerre gronde, oh! la pluie est sombre;
Les singes gémissent, oh! à la nuit.
Le vent siffle, oh! les feuilles font l'ombre;
Ma pensée de lui, oh! me plonge dans l'ennui."

Qu Yuan - Poème des Zhou
Traduction de Xu Yuan Zhong








A cheval ! à cheval et en chasse !

L’homme des frontières
En toute sa vie n’ouvre pas même un livre ;
Mais il sait courir à la chasse ; il est adroit, fort et hardi.
A l’automne son cheval est gras, l’herbe de ses prairies lui convient à merveille ;
Quand il galope il n’a plus d’ombre.
Quel air superbe et dédaigneux !
Son fouet sonore frappe la neige, ou résonne dans l’étui doré.
Animé par un vin généreux, il appelle son faucon et sort au loin dans la campagne.
Son arc, arrondi sous un effort puissant, ne se détend jamais dans le vide ;
Deux oiseaux tombent souvent ensemble, abattus d’un seul coup par la flèche sifflante.
Les gens, au bord de la mer, se rangent tous pour lui faire place,
Car sa vaillance et son humeur guerrière sont bien connues dans le Kobi,
Combien nos lettrés diffèrent de ces promeneurs intrépides !
Eux qui blanchissent sur les livres, derrière un rideau tiré ;
Et, en vérité, pour quoi faire ?









Fond musical : 彩雲追月 .

Diaporama sur paysage de Chine


Beautiful China and traditional music . . .

Vidéo sur paysage de Chine


Relaxing Chinese Music - Bamboo under the moonlight

Diaporama sur paysage de Chine

Fond musical : 月光下的鳳尾竹 .



HUANG-SHAN . 黄山 . ( Relaxation Music [14] Chinese Erhu ft Piano )



Diaporama de paysage sur 秋湖 , avec ses couleurs d'automne.



Chanson : 秋湖 chantée par 凤飞飞 Feng Fei Fei .
Taiwan





中国的历史和地理 . Histoire - Géographie de Chine









Han Dynasty : le pays est gouverné et administré par les Hans.



Tang Dynasty : le pays est gouverné et administré par les Hans.



Song Dynasty : le pays est gouverné et administré par les Hans.



Yuan Dynasty : le pays est gouverné et administré par les Mongols.



Ming Dynasty : le pays est gouverné et administré par les Hans.



Qing Dynasty : le pays est gouverné et administré par les Mandchous.



Territories of Dynasties in China

Le site de Chinese Chronology .




Pages spéciales :


Page Chansons Chinoises ( 中国歌曲 ).
Page Belles Chinoises ( 中国美女 ) .

La page philosophique Tao de Wen-Wu ( 文武之道 ).

Page couple sino-français : Liu-Ye et Anaïs , aussi les autres couples .
Page Image et Poème sur l'érotisme .
Page La fête des Amoureux et la fête de la Lune (mi-automne).

Page Bonne Année et la Fête du Printemps (春节) .
Un peu de culture chinoise .
Page JO de Beijing 2008 .

Page contre le racisme, pour la Liberté, pour le Droit de l'Homme .

Page Image Calculée ( infographie , image informatique ) .
Page résumé Cours .
Page Montage et Trucage des images .

Les autres pages de mon site perso :

II La page Accueil II Mes Images ( 1 ) II Mes Images ( 2 ) II Traitement des Images II Doctorat II ( CV ) Moi ? II
II Prix_New-York (Vie, Sourire) II Droits de l'Homme II Contre le racisme II Sites Web préférés (liens)II
II Cours II Définition - Esthètique II Caractéristique - Classification II Colorimétrie II Internet II
Page Introduction sans frames .. ou bien .. page Introduction avec frames





Pour m'ecrire : E-mail

If you liked this site and service returned to you. Please, sign the GuestBook . ( Swisstools ) . Thank you .

Si ce site vous a plu et vous a rendu service.
Veuillez signer le Livre d'Or ( Swisstools ) de mon "site perso" . D'avance merci.




Merci de votre visite . . Thank you for visiting